ASCOLTA ( ECOUTE) DE G.QUARENGHI et A.TONELLI

Publié le 21 Décembre 2016

Pour Noël, je vous propose une lecture inhabituelle. Dans un album superbe et surprenant, des poésies.

Des poésies inspirées des Psaumes (Salmi) de la Bible, réécrits "per voci piccole, pour des voix petites". Le titre : Ascolta. Le point d'exclamation n'est pas écrit, mais c'est un impératif, "écoute!", sans aucun doute. - Sans aucun doute? Que fait donc le petit garçon assis tout seul, les pieds dans le vide, à l'étage de cette étrange maison de poupée en couverture ? Il écoute ou il interroge?

A simplement parcourir les poésies du recueil, on voit tout de suite qu'elles mettent en présence un "je", "io" et un "tu" , tour à tour interpellé, contesté, aimé, supplié, exhalté. Les titres, pour la plupart, reflètent  ce dialogue: "TU, NOI"; "FINO A QUANDO ? = jusques à quand? ";METTIMI IN SALVO = Mets-moi à l'abri; "ASCOLTAMI E DIMMI PERCHÈ = écoute-moi et dis-moi pourquoi.". Je partage ces mots de l'auteure qui dit que "il n'y a pas de "je" sans l'expérience d'un "tu" à qui s'adresser, d'un "tu" qui écoute".

 

 C'est Giusi QUARENGHI. Vous la connaissez désormais, quand elle écrit  des contes traditionnels , des poésies-berceuses, le récit de son enfance.  Dans Ascolta, elle reprend le dialogue qui, dans  les Psaumes de la Bible, est celui de David avec Dieu, David le petit berger courageux ou David le roi-musicien, parfois tyran, parfois généreux. Elle a été frappée par ces textes, elle le dit à la fin de l'album : "Des hymnes, des prières, des louanges, des plaintes, des supplications, des menaces, des accusations, des effusions, des déclarations et des demandes d'amour, en forme de poésie, en chant et en danse, souvent accompagnés d'instruments de musique : c'est ça, les Psaumes; depuis environ trois mille ans, depuis que l'on a commencé à les dire, en hébreu, la langue où ils sont nés, pour en arriver, en passant par le grec, le latin et l'arabe, à être dits dans toutes les langues du monde".

Elle est sensible au fait que tous les sentiments humains, toutes les émotions y sont présentes. Et elle les sent comme des mots dits par des "petits", des enfants, en direction des "grands", les adultes qui les entourent et dont, en grande partie, ils dépendent. Dans une interview, elle dit même que "si les contes sont un catalogue des destins humains, comme dit Italo Calvino, les Psaumes sont un catalogue de sentiments d'expérience, et ils offrent "les mots pour dire" ces sentiments, dans leur profondeur".

 

 

 

Et c'est exactement le sentiment que provoque la lecture de ces poèmes. Giusi Quarenghi  a choisi 40 psaumes parmi les 150 de la Bible. Elle les écrit dans sa langue limpide, vigoureuse, qui est celle de ses poèmes pour adultes également ("Nota di passaggio", par exemple, petit recueil publié en 2001 chez l'éditeur Book). Chaque mot ulilisé est compréhensible par un enfant, une "voce piccola". Ce qui fascine et appelle la lecture à voix haute, c'est, une fois encore, comme dans ses contes, le rythme, la musique de ces vers qui ne sont que très peu coupés par une ponctuation. Comme si le seule ponctuation qui vaille est celle du souffle humain qui les prononce.

Je ne vous donnerai cette fois qu'un seul exemple, car l'apparente simplicité du texte est le fruit d'un travail long, parfois douloureux, si l'on en croit le témoignage de Giusi Quarenghi, et toute traduction risque de détruire un équilibre, une musique.

"ASCOLTAMI E DIMMI PERCHÈ                     "Ecoute-moi et dis-moi pourquoi

dal Salmo 55                                                    d'après le psaume 55

Dimmi perchè                                               Dis-moi pourquoi

tutti mi vogliono male                                    tout le monde me veut du mal

perchè tutti sono contro di me                      pourquoi ils sont tous contre moi

 

Sono spaventato, tremo                               Je suis terrorisé, je tremble

ho paura, da morire                                     j'ai peur, à en mourir

 

Dammi le ali della colomba                          Donne-moi les ailes de la colombe

voglio volare via "                                          je veux m'envoler loin d'ici "

 

...................      

Dans le texte traditionnel des Psaumes sont présents, outre les humains, les animaux, les arbres, l'orage, le vent, le foisonnement de la vie. Et c'est dans cette dimension que se place l'extraordinaire illustration de la toute jeune Anaïs TONELLI, dont c'est le premier album.

Elle a travaillé comme une miniaturiste, en s'inspirant précisément, au cours d'une recherche très fouillée, des pages de manuscrits enluminés, des Bestiaires, des "Très riches heures" et autres documents iconographiques du XIIième au XVième siècle essentiellement, et pas seulement européens. Si sa façon de travailler vous intrigue ou vous intéresse, allez jeter un coup d'oeil, même sans savoir l'italien, sur son témoignage (aussi passionnant que celui de Giusi Quarenghi) que les éditions Topipittori mettent à notre disposition sur leur blog. On comprend mieux, après, l'impression que donnent ces illustrations, à la fois d'étrangeté surréaliste, avec, pourtant, un ancrage qu'on ne sait pas définir tant qu'on n'a pas vu ses sources, mais qui fait partie de notre culture.

Vous avez vu la maison d'ouverture, inquiétante: vous découvrirez la dernière, encore plus surréaliste, mais pleine d'espace, de vie animale et humaine, et où lisent et rêvent, découvrent ou jardinent cinq humains, grands et petits.

 

Vous avez sous les yeux, sur les pages ici reproduites, les créatures extravagantes créées par Anaïs Tonelli, animaux anthropomorphes, végétaux-animaux, ces étonnants petits chevaliers à tête de cafetière - toutes les cafetières, de la Moka à la napolitaine -, ces enfants à tête de tasse chevauchant des colibris, dessins qui parlent certainement plus encore à l'imagination enfantine qu'à celle des adultes, exprimant les sentiments qui circulent dans le texte depuis trois mille ans, et dans notre inconscient aussi.

Mais il y a aussi cette page très sobre, autour du psaume 126 sur le thème du retour, entourée de deux figues, une grenade ouverte, deux olives sur leur branche, deux épis de blé,  quatre dates, et une superbe grappe de raisin, le tout très naturaliste. Sauf que...on aperçoit tout à coup une petite tête d'enfant, toute ronde, entre deux grains de raisin.

Parfois l'illustration est très sobre, comme pour ne pas troubler la dynamique du poème.

Et comment ne pas citer, sur la page de garde, l'étonnant "enfant-zodiaque", lui aussi ré-interprétation d'une page des "Très riches heures du duc de Berry". L'enfant à la "voix petite" est ainsi inscrit dans le cycle de la vie de l'univers.

Ascolta n'est pas un livre facile. Les caractères d'imprimerie des poèmes sont petits. C'est un livre à partager avec les enfants, à faire lire à voix haute, à commenter ensemble, mais aussi où laisser agir le mystère des images. Celà peut être aussi, pour des adultes curieux du texte biblique, une occasion de retour aux sources, et de comparaison des modes d'expression.

L'éditeur indique "à partir de sept ans". J'avoue que je n'ai pas d'expérience de partage de ce livre avec des enfants, mais je me fie à celle de Giusi Quarenghi, qui est grande, et à celle de nombreuses libraires italiennes témoignant de la lecture possible de ce livre en dehors d'un contexte religieux.

Remercions encore une fois les TOPIPITTORI, les "souris qui peignent", pour les images mises à notre disposition.

ASCOLTA, Salmi per voci piccole,  de Giusi QUARENGHI et Anaïs TONELLI -

Topipittori 2016

Collection Parola Magica  -  22cm x 26,50     -   60 pages          20 €

 

 

                   

 

BUON NATALE A VOI

********************************

Rédigé par lecturesitaliennes

Publié dans #POESIE

Repost 0
Commenter cet article