Publié le 26 Septembre 2016

Voilà, l'été est vraiment fini. L'été avec ses grandes joies et ses petits bonheurs. L'été avec ses tragédies proches et lointaines.

Le livre d'aujourd'hui donne envie de joindre le geste à la parole, de réaliser de ses mains, de se mettre à l'ouvrage. Le titre en est à la fois clair et énigmatique: Per filo e per segno, de Luisa MATTIA et Vittoria FACCHINI. Tout le monde comprend, surtout au vu de l'illustration de couverture, qu'il y est question de fil et de signe. Mais encore?

.........PER FILO E PER SEGNO.........

C'est justement la couverture qui m'avait attirée, il y a quelques années, avec ces bouts de fil que l'on a envie d'attraper, de ramasser, que l'on soit brodeur (si, si, il y en a, de grands) ou brodeuse, ou pas. Alors on ouvre le livre pour vérifier, et c'est bien ça: chaque illustration est faite de toute sorte de fils, de toute sorte de couleurs - cette magnifique tresse de fils multicolores qui vous assure de ne jamais "manquer", où que vous soyez dans le monde -. Et puis encore des canettes, des ciseaux, à cranter même, des petits bouts de tissu (un grand aussi), photographiés avec un relief très réaliste, accompagnant des dessins au trait - crayon, et feutre noir, me semble-t-il -, de personnages. Essentiels, expressifs en quelques traits, souvent en mouvement.

On peut se promener longtemps dans ces pages illustrées: l'image occupe toujours toute la page de droite, et le texte toujours celle de gauche. On peut se raconter, faire raconter par de petits lecteurs, toute sorte d'histoires. Mais vient toujours un moment où la curiosité l'emporte. Qui est cette petite fille qui semble mener l'action, avec son nez en trompette, sa queue de cheval énergique et ses petites ballerines noires - elle en enlève une pour se reposer -? Que fait-elle avec tous ces fils, ces tissus, et les autres enfants, et des oiseaux, et quelques adultes aussi? Il faut bien se mettre à lire l'histoire, à un certain moment.

"Per filo e per segno" signifie " dans tous ses détails, avec exactitude". Titre bien difficile à traduire, car il joue sur le sens propre et le sens figuré. Mais nous allons lire cette histoire "dans tous les détails" - ou presque...

.........PER FILO E PER SEGNO.........

La résumer l'assèche assez, aussi je vous livre la "fiche" de l'album sur le site de l'éditeur Donzelli. " Ecouter des histoires, quelle passion! Silva les aime tant qu'il n'y en a pas une qui ne s'accroche à son oreille, comme si c'était un fil; et en effet l'histoire de Silva est entièrement bâtie de fils. Ceux qui traînent chez la couturière, que Silva noue les uns aux autres pour en faire un filet où stocker toutes ces histoires qui restent accrochées là – si bien qu'elle peut elle aussi se mettre à les raconter. Mais un filet, ça ne suffit pas, les histoires sont trop nombreuses, alors Silva demande un bout de tissu blanc au chiffonnier et de l'encre au pêcheur de seiches, et toutes ses histoires, pour ne pas les perdre, elle les écrit. Mais ses histoires sont aussi trop nombreuses pour son tissu, qui est devenu trop lourd à emporter de ci de là pour le montrer aux autres enfants; alors Silva découpe chaque histoire comme une feuille – du fil elle en a déjà, alors elle prend une aiguille, elle coud ensemble toutes les histoires, et voilà un livre. Tout le monde veut se faire lire ce livre, mais un beau jour le Capitaine, dans son Palais, envoie un caporal armé de ciseaux pour le réduire en mille fils et mille morceaux, comme c'était au début… que va-t-il en être alors des histoires de Silva? Pas de panique, les enfants s'en occuperont, ils ne veulent bien sûr pas perdre le fil de ces histoires…"

Luisa Mattia nous donne donc une sorte de parabole de la naissance du livre. Nous sommes d'emblée dans ce lieu indéterminé , mais où il y a la mer - de belles métaphores marines pour caractériser la variété de la "pêche aux histoires" que réalise Silva avec son filet - ; et des artisans - couturière, chiffonnier, pêcheur - , une autorité qui censure, et puis des raconteurs d'histoires - paysans, bûcherons, enfants... Et puis cette petite fille passionnée, active et déterminée, qui ne se prénomme pas, banalement, Silvia ou Silvana, mais bien SILVA, diminutif peut-être, mais plus près de la "forêt" étymologique de ces prénoms. Silva est "una bambina con gli occhi scuri color della castagna e nel cuore il frullar d'ali delle farfalle", "une petite fille aux yeux sombres couleur de chataîgne et dans le coeur le froufrou des ailes de papillon".

.........PER FILO E PER SEGNO.........

Et cette histoire est...une histoire, justement, que l'auteure nous raconte avec le rythme que nous lui connaissons, du "C'era una volta..." initial au "C'era una volta" final. Avec ses unités scandées qui en font un magnifique texte à lire à haute voix. Et tous les codes du conte traditionnel : la tâche qui semble impossible, comme nouer bout à bout les milliers de bouts de fil ramassés chez la couturière. Mais Silva y réussit naturellement, mue par sa passion.

Ou encore la quête des instruments utiles auprès des artisans du village, avec qui se noue un dialogue affectueux. Elle les appelle " commarella" ou "vecchia commare", la couturière; et "caro compare" ou "vecchio" ou "zietto", le pêcheur. Ils l'appellent "figlia mia", "creaturella", figlia", "bambina" . Et lui donnent ce qu'elle demande.

Puis l'intervention destructrice du Capitaine-censeur ( " Lire, ça fait penser. Qu'en sera-t-il de tous ces enfants si nous la laissons faire?").

Et celle des "bambini del paese", les enfants du village qui vont l'aider à recoudre, à reconstituer l'indispensable livre.

.........PER FILO E PER SEGNO.........
.........PER FILO E PER SEGNO.........

En attendant qu'un éditeur français s'occupe de le faire traduire, dans une bibliothèque où l'un ou l'autre maîtrise tant soit peu l'italien, on pourra toujours raconter ce livre de Luisa MATTIA en s'appuyant sur les images de Vittoria FACCHINI. Et qui sait les ateliers qui en naîtront par la suite?

Sans oublier cependant que le texte original est BEAUCOUP plus beau.

L'éditeur romain DONZELLI - allez donc jeter un coup d'oeil, dans son très riche catalogue, sur la collection de contes illustrés, nous en reparlerons un de ces jours... - Donzelli donc a publié Per filo e per segno en 2012, et l'album n'a pas pris une ride, il était toujours présent à Bologne en 2016, au milieu des nouveautés, toujours feuilleté et emporté.

Alors, suivez sans hésitation le fil rouge de Silva! Et les suggestions de Vittoria Facchini qui nous livre, sur la page de garde d'entrée, cinq petits tas de fil noir éparpillés, qui deviennent, sur celle de fin.....eh bien, allez y voir, et jouez vous aussi à "on dirait que ce serait...".

Luisa Mattia, Vittoria Facchini : Per filo e per segno

Photographie et post-production Domenico Ceravolo

Fiabe e storie (album)

2012, 28 pages, relié,, 29x24.5 cm

ISBN: 9788860366962

€ 18,50

UN GRAND MERCI AUX EDITIONS DONZELLI POUR LES IMAGES QUI ILLUSTRENT CET ARTICLE

Voir les commentaires

Rédigé par lecturesitaliennes

Publié dans #A VOIX HAUTE

Repost 0