FIA-BLA-BLA de F.ORECCHIO et O.DOUZOU

Publié le 9 Septembre 2012

 

  UN LIVRE TOUT-FOU

 

 

 

Pour remettre en route les "lectures italiennes", je vous propose un livre librini01-copie-1insolite qui va nous faire retrouver la "femme à l'oreille verte" rencontrée le 12/02/2012.

 


Fausta Orecchio  est ici auteur (mais aussi éditeur), avec Olivier Douzou   comme illustrateur : c'est l'album FIABLA-BLA, publié en 2012 chez Orecchio Acerbo, justement.

 

 


Un grand (et lourd)  album aux couleurs très vives, aux illustrations qui sautent hors de la page, au texte qui se promène dans tous les sens et en tous formats, en une joyeuse sarabande.

LA FIABA, c'est le conte de fée (l'étymologie étant la  même que le français "fable").

BLA-BLA, dans de nombreuses  langues,  évoque la parole en  roue libre.

 

 

images


Pourquoi donc "livre tout-fou"? Par son projet très particulier. Quand vous saurez que les auteurs remercient "Georges Queneau, Italo Prévert, Jacques Pérec, Raymond Calvino et l'Echo de Umberto"(sic), vous commencerez à vous douter de l'école à laquelle ils se réfèrent : l'Oulipo et son art de jouer avec les mots (qui a un petit frère italien, l'Oplepo).


La "contrainte" est explicitée dès la première page, en un avant-propos qu'il vaut mieux traduire que paraphraser:

" Le monde des contes de fée est impitoyable.

Il fait prisonniers des personnages, les dévore, les découpe, les fait disparaître ou les transforme en incroyables créatures, tout ça dans le plus grand désordre.

Dans ce livre, nous avons appliqué les mêmes méthodes, pour leur  faire subir le même sort,  à ces contes de fée. Et ce fut terrible!

Au tout début, Fausta Oreille (en français dans le texte) a entendu soixante-dix-sept  mots tout effrayés – huit phrases en tout- qui s'enfuyaient de leur conte.  Cette fuite les avait rendus solidaires, inséparables et méfiants.

Ils restaient toujours ensemble et n'acceptaient aucun intrus.

Dans le même temps, Olivier Dodici (douze en italien) trouvait douze malheureuses formes qui s'étaient perdues sous son matelas et sept couleurs prétentieuses qui refusaient catégoriquement de se mélanger entre elles.

Ainsi commence cette histoire totalement délirante, ce Fiabla-bla…

…mais qui, quand même, finit fort bien.

Une fois que tous ces mots, ces formes et ces couleurs se sont rencontrés, ils ont fait un tas d'enfants. Et aujourd'hui ils vivent enfin heureux, avec leur plus grande richesse : l'imagination."

 

images3.

 

Ou comment, avec un nombre limité de mots (" œuf, loup, roi, navire, petit pois, baiser, petit canard…."), d'articles, d'adjectifs, de conjonctions, bref avec un matériel donné  venant des contes populaires les plus connus, on peut fabriquer toute sorte de nouvelles histoires abracadabrantes et hilarantes. De même pour les illustrations qui jouent avec la combinaison et la taille des douze formes et des sept couleurs, rigoureusement rien d'autre.

 

images4.


Du premier chapitre : FIABBICCÌ ( qu'on pourrait traduire par "A-B-C-CONTE") qui donne les huit phrases de départ, toutes de contes archiconnus, mais déjà légèrement altérées, jusqu' au dernier :  FIABA MELOGRAMMATICA (Conte "mélogrammatique" mais aussi "pommier-grammatique" ), en passant par une  FIABBUFFATA où tout le monde mange tout le monde,  ou une FIABA-BLUFF plus incroyable que les autres (et avec "refrain final"), ou encore FIABA-BUIA , la plus sombre etc., l'éventail est large.

 

 


Quelques exemples de FIA- BE-BOP :  Un jeune petit pois se déguisa en  danseuse – le temps passant, la sirène se transforma en un navire – la petite fille à qui il manquait une jambe sauva le roi – un petit canard réveilla la poule (aux œufs d'or) – et ainsi de suite.

 

 

 


A ne pas lire si vous voulez du sens raisonnable à tout prix. Mais si vous aimez les mots en liberté, vous en redemanderez, et les enfants avec vous.  Alors en photocopiant et en découpant les éléments donnés dans le supplément Il gioco del fiabla-bla, le jeu, vous pourrez continuer l'expérience et créer et faire créer de nouveaux contes avec de nouvelles illustrations.


Merci Fausta, merci Olivier, merci les éditions Orecchio Acerbo.


Je vous recommande d'aller voir la vidéo de présentation (en italien booktrailer)soit sur le site  de l'éditeur, soit sur Youtube, l'animation et la musique sont très fidèles à l'esprit du livre.

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=f1O26j0J5n4 

 

 

 

                                                                                                                 

Fiabla-bla de Fausta Orecchio -  Illustrations de Olivier Douzou  

 

 images2

 

 

ORECCHIO ACERBO -  MARS 2012

A partir de 6 ans – 52 pages, 21 x 29,50 cm

isbn 9788896806340,  15,00 €

Rédigé par lecturesitaliennes

Publié dans #POUR RIRE

Repost 0
Commenter cet article