Publié le 30 Décembre 2011

 

 

libreria

 

 

 

BELLE et BONNE

 

ANNEE 2012,

 

et des livres à foison

 

en toute saison.

 

TANTI AUGURI,

 

 FELICE ANNO NUOVO

 

 

librini02

 


Voir les commentaires

Rédigé par lecturesitaliennes

Repost 0

Publié le 28 Décembre 2011

  VINGT ET UNE COMPTINES

 

librini01

 

Et en ces temps de nativité, une petite lecture dédiée à une future maman au nom d'étoile, qui n'a pas oublié ses racines italiennes.

Je vais me permettre de traduire, tout bonnement, le témoignage de Tognolini (vous vous rappelez, Rime di Rabbia en octobre, voir articles précédents), car on ne saurait mieux que lui caractériser ce livre :

" MAMMALINGUA a été imaginé par trois libraires de jeunesse, douées, qui lancent ainsi les Edizioni TUTTESTORIE : elles ont eu l'idée d'offrir, en collaboration  avec la municipalité de Cagliari,  un livre à chaque nouveau-né pendant deux ans (qui sont ensuite devenus quatre au vu du succès de l'initiative);  et elles ont fait appel pour ce travail à deux cagliaritains métis : Pia Valentinis, illustratrice de Udine qui vit à Cagliari depuis 15 ans, et Bruno Tognolini, écrivain cagliaritain qui vit à Bologne depuis vingt-cinq ans. Mais, au-delà de sa destination locale, si affectueuse,  le livre (a maintenant) une édition nationale que l'on ( peut) trouver dans les principales librairies de jeunesse ou que l'on peut commander directement à Tuttestorie.

            Ces poésies pour nouveau-nés ont représenté pour moi une aventure d'écriture très particulière. Je savais dès le début que je ne parlerais pas d'eux, mais à eux.  Un peu plus tard, je me suis aperçu que je parlais par la voix de la maman, ce mystérieux chant de baleine qui résonne dans l'océan "là dehors". Je ne me suis pas opposé à ce chant,  et ainsi sont nées vingt et une comptines, une pour chaque lettre, dans l'alphabet d'une "langue maman" originale : Acqua-l'eau,  Bocca- la bouche,  Cacca, Dors,  Ecco- voilà, Fils, Giorno-jour, Hai-tu as, Io-moi, Langue, Mamma, Non, Ora-maintenant, tu Pleures, Qui-ici, tu Ris, Sì-oui, Toi, Un, Via-parti, Zitti-chut."

            C'est la musique du monde quotidien où va naître l'enfant, où il vient d'arriver. On retrouve dans ces poésies la musique tantôt joyeuse, tantôt méditative de Bruno Tognolini,  sa simplicité raffinée. Et tout aussi simples, raffinées et poétiques les illustrations de Pia Valentinis : en quelques traits et peu de couleurs pastel, elle crée un espace encore pas complètement défini, où évolue un ourson, ou quelques oiseaux, poissons et autres pingouins, un espace dans lequel peut résonner la voix maternelle. 

            Voici, pour vous mettre l'eau à la bouche, la première poésie, ACQUA :

Ànima, àlito, èsci di bòcca,

Grìda pescètto che l'ària ti sciàcqua

Màno di màmma balèna ti tòcca

Vièni nel sòle, èsci dall'àcqua.


(J'ai artificiellement indiqué les accents toniques,  pour suggérer la musique aux non-italianistes)

 

 

 

images-copie-2

 

 

 


MAMMALINGUA, testo di Bruno TOGNOLINI, illustrazioni di Pia VALENTINIS,

            Editrice Il Castoro – Edizioni Tuttestorie, 2008 – 52 pages – 14,50 €

 

 

 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par lecturesitaliennes

Publié dans #A VOIX HAUTE

Repost 0

Publié le 28 Décembre 2011

link

 Gufo  DARWIN ET NEGRIN

 

  Le livre que je vous propose aujourd'hui, vous pourrez le lire en version anglaise, française ou italienne.

-          Mais alors, me direz-vous, pourquoi le mettre dans des "lectures italiennes"?

- Parce que son auteur, FABIAN NEGRIN,  vit aujourd'hui en Italie et travaille essentiellement avec des éditeurs italiens. Et parce que c'est la version italienne que j'ai rencontrée en premier.

C'est un bel album à la couverture de carton robuste (23x28cm) dont l'illustration surprend par sa netteté. On comprend cependant immédiatement que ce sont des cailloux vus de près à travers une eau limpide, et une feuille qui flotte à la surface, le tout zébré d'impalpables éclairs de lumière.

IN RIVA AL FIUME.  Charles DARWIN illustrato da Fabian NEGRIN, édité par Gallucci.

Pour  participer aux fêtes du bicentenaire de la naissance de Darwin, Fabian Negrin a choisi d'illustrer le célèbre paragraphe de conclusion de L'Origine des Espèces, dans lequel le scientifique s'émerveille  et synthétise de façon très poétique les conclusions de son travail. Un texte court, donc, qui porte très bien ses 150 ans. L'éditeur a fait le choix de rapporter la première traduction en italien, réalisée en 1864 avec l'accord de Darwin, à la fois fidèle et fluide.

            Le premier impact de cet album est visuel : les couleurs de Fabian Negrin sont éclatantes sans agressivité. Le lecteur est invité à explorer les bords d'une rivière en changeant souvent de perspective : tantôt c'est le point de vue de l'oiseau, tantôt celui d'un éventuel compagnon du petit garçon qui explore lui aussi la rivière, ou du petit garçon lui-même (il sera rejoint par une fillette vers la fin), tantôt celui du poisson etc. Cette nature est très fraîche et très préservée, pas vraiment géographiquement définie, mais "riante" dit Darwin et dessine Negrin.  J'ai oublié le chien, qui accompagne le garçon dans ses pérégrinations. La "caméra" bouge beaucoup et multiplie les points de vue.

 Nous allons de découverte en découverte – cet arbre à tronc torsadé, ces passereaux multicolores, ces oiseaux noirs se nourrissant de papillons blancs au milieu de baies rouges (l'une est en train de tomber) dans une incroyable variation de verts végétaux, l'extraordinaire clarté de l'eau et du fond de rivière, mais aussi  les crapauds monstrueux – question d'échelle- chassant les libellules, un héron qui vient de pêcher un poisson et s'envole avec une grâce japonaise……la promenade est infinie.  Les images occupent soit une page entière, soit même une page et demie, et le dessin est vraiment mis en valeur.

On finit quand même par revenir  au texte, découpé en unités de sens, pour découvrir que ces images illustrent vraiment les idées de Darwin, de façon très fine. Les "formes élaborées avec une telle maestria, si différentes entre elles et dépendant l'une de l'autre de façon si compliquée, furent toutes produites sous l'effet de ces lois qui continuent d'agir autour de nous" , pour la page des oiseaux que j'évoquais précédemment, par exemple.  Ou bien "la variabilité" et voici le petit explorateur sous une averse imprévue, s'abritant sous une grande feuille, tandis qu'un papillon vole comme si de rien n'était. Il faudrait commenter chaque page, mais je vous laisse le plaisir de la découverte.

Le côté pédagogique n'est pas négligé, une préface brève situe l'œuvre  dans son contexte, un glossaire de deux pages explique les termes spécifiquement darwiniens, plus deux petites notes sur les deux auteurs.

Un livre à lire aussi bien pour soi que pour compléter une séquence pédagogique sur l'évolution de l'espèce. Surtout un grand poème à la nature, appréciable à tout âge.

Cet album  avait été publié pour la première fois  par l'éditeur américain The Creative Company en 2009, sous le titre de The Riverbank. et en 2010 il obtint le très prestigieux Bologna Ragazzi Award, dans la section Non Fiction. C'est la même année que Gallucci publie la version italienne ( Gallucci, éditeur de jeunesse très riche, jetez un coup d'œil à son catalogue ci-contre).

En France, ce sont les éditions écologiques toulousaines Plume de Carotte (www.plumedecarotte.com) qui ont repris l'album sous le titre de La Rivière, d'après Charles Darwin ( il me semble que le "d'après" trahit un peu le travail de Fabian Negrin). Vous pouvez, sur leur site, feuilleter quelques pages. Il  faudrait pour bien faire que je vous présente encore Fabian Negrin (bien qu'il ne soit de loin pas inconnu en France), mais je ne veux pas vous lasser, et aurai d'autres occasions de parler de lui, son œuvre est foisonnante.

 

 

 

images


IN RIVA AL FIUME, di Charles DARWIN, illustrato da Fabian NEGRIN, Gallucci editore,  2010, 32 pages non numérotées, 18 euros.

 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par lecturesitaliennes

Publié dans #VULGARISATION

Repost 0

Publié le 22 Décembre 2011

 

"Ils sont si nombreux,eux,  et moi je suis tout seul…Loro sono tanti e io sono uno ": c'est ce que disait un  Massimo Troisi  éperdu devant un tas de livres qu'il n'avait pas lus.


 Rita Valentino Merletti m'a  rappelé cette scène dans un livre fort intéressant qu'elle a cosigné avec Bruno Tognolini : "Leggimi forte". Je vous en parlerai plus tard.


Cette angoisse du lecteur devant la multitude des livres, nous sommes sans doute plus d'un/e à la ressentir. C'est pour cette raison aussi que je vous parle non pas des dernières sorties, mais de livres "beaux" qui risquent, injustement,  si on ne les rencontre pas immédiatement, d'être ensevelis sous la masse des nouveaux.

Retournons donc à nos lectures.

 

 

 

 

libreria

Voir les commentaires

Rédigé par lecturesitaliennes

Repost 0

Publié le 10 Décembre 2011

 

POUR LES "GRANDS"

 

 

Auguri di buon

 AUGURI DI BUON NATALE, arte e tradizione delle cartoline augurali.

de Walter FOCHESATO – Interlinea Edizioni, 2010.  Avec images en couleur. Format 12x16 cm. 160 pages  - 12 €


Nous sortons là du strict domaine de la littérature de jeunesse, mais restons dans le monde de l'illustration. L'auteur, critique reconnu de littérature de jeunesse et spécialiste de l'illustration italienne, nous présente sa collection de cartes de vœux illustrées du début du XX siècle. Il faut saluer la grande qualité des reproductions, malgré le format du volume. Fochesato nous fait d'abord une brève histoire du développement de la carte postale illustrée, de ses liens avec la géographie, les évènements et les mœurs, en se focalisant sur les cartes de vœux de fin d'année et ses dessinateurs les plus en vogue.


 Il présente ensuite sa collection en quatorze chapitres thématiques - O albero eternamente verde (…) È nato un bambino (…) Una grande abbuffata (…) Gnomi, folletti e spazzacamini (…) Comprando sotto la neve. Amanti e amori -  Et en prime, pour chaque chapitre, il nous offre, sur le même thème, la reproduction d'une affiche  de l'époque,  d'un calendrier ou d'une partition illustrée de chanson populaire.


  Quelques poésies complètent le chapitre, parfois traditionnelles, parfois plus littéraires. Les commentaires de Walter Fochesato, tout en restant légers,  nous guident dans une société ou dans le style d'un auteur  qu'il connaît bien, et nous permettent de dépasser la simple appréciation esthétique.

Ceux qui veulent approfondir l'argument trouvent des notices sur les illustrateurs en fin de livre.

Bref, un petit volume élégant, plein de ressources, que l'on reprend volontiers au Noël suivant, et constitue un joli cadeau. Il prend place dans toute une collection, Nativitas, de textes de toutes sortes sur le thème de Noël, dont un bon nombre d'auteurs connus dans d'autres champs.

 

                                                       buon natale


Là encore, je vous renvoie au site d'Interlinea, dont le catalogue réserve bien des surprises, et pas seulement pour la littérature de jeunesse.

 

Voir les commentaires

Rédigé par lecturesitaliennes

Publié dans #ILLUSTRATION

Repost 0

Publié le 6 Décembre 2011

 

POUR NOEL

 

  Nous voici entrés dans la troisième semaine de l'Avent (comme on dit dans nos contrées), voici donc deux petits livres de saison, l'un "pour les enfants"  et l'autre "pour les grands", mais il y a souvent échange entre les deux groupes.

 

 

 

 


POUR LES PETITS:

I PASTORI  LI PASTRE de Frédéric MISTRAL. Texte de Anselmo ROVEDA

Illustrations Agnese BARUZZI et Sandro NATALINI - Edizioni Coccole e Caccole . 2010 - Format 14cmx20,5 – 14 pages en accordéon -  6,90 €

i pastori li pastre.

Ce petit accordéon de carton solide et brillant, aux couleurs si vives, nous restitue en italien et en occitan un bref conte de Noël de Frédéric Mistral, publié dans l'édition de 1889 de l'Armana Provençau, l'Almanach Provençal. L'éditeur Bernard Grasset avait, en 1926, rassemblé dans "Prose d'almanach", ces textes dispersés, dont Li Pastre fait partie.

 Anselmo Roveda (nous retrouverons plus d'une fois son nom et son œuvre dans ces rubriques), l'ayant dans sa bibliothèque, l'a offert aux lecteurs italiens grâce à "Còccole e Càccole" (Câlins et crottes de nez),  éditeur indépendant de Calabre, au catalogue très intéressant : jetez un coup d'œil  sur son site, l'adresse est dans la liste de droite. De lui aussi, nous aurons d'autres occasions de parler.

Ce conte, dans sa rapidité efficace, met en scène le vieux berger Ferland qui, convoqué au tribunal pour une banale dispute de pâture, cloue le bec au juge du haut de sa vieille  sagesse et de sa position de berger dans la tradition de Noël.  Un indigné avant la lettre?

La traduction de Roveda, très fidèle, a  ce caractère d'oralité que nous avions déjà noté dans Ocattaccati, ce rythme qui appelle la lecture à voix haute. Et entre le provençal et l'italien, le lecteur français, efficacement aidé par les images, n'a pas besoin de traducteur.

L'histoire se déroule, bilingue, sur une des faces de l'accordéon déplié. Ferland et le juge apparaissent en gros plans très expressifs, entourés d'une nuée de brebis volantes irrévérencieuses et de moutons bien sages. A la fin de l'histoire, le dessin invite à retourner  ce qui devient une mini-fresque nocturne, dans laquelle le berger "se déplace"  - comme dans les dessins que fit Botticelli pour illustrer la Divine Comédie -    jusqu'à rejoindre  la crèche. La technique mixte de l'illustration – collage, acrylique et infographie-  fait écho aux couleurs vives de la crèche provençale.  (Il y aura juste à camoufler le vilain petit rectangle du code-barres et n°ISBN…). Deux textes d'information sur Mistral et ce conte trouvent place dans l'image sans la troubler.

Un joli travail sur tous les plans.

                                                  MammaOrsa


Voir les commentaires

Rédigé par lecturesitaliennes

Publié dans #CONTES

Repost 0