Publié le 20 Décembre 2018

      La barque de Lectures Italiennes est restée en cale sèche pendant  presque tout 2018. La voilà à nouveau prête à reprendre ses pérégrinations dans les albums de jeunesse italiens.

      Et, pour filer la métaphore, et s'évader de l'hiver imminent, pourquoi ne pas partir pour un voyage imagé et imaginaire sur les traces des corsaires et des pirates, flibustiers et autres boucaniers, créés par Emilio SALGÀRI, le romancier d'aventures qui voyagea par sa plume, entre la fin du XIX siècle et le début du XX, sans jamais quitter le nord de l'Italie,essentiellement Vérone et Turin? Le grand succès de ses différents cycles de romans ne se dément pas, pour preuve, par exemple, la publication en juin 2017, chaque semaine, avec le Corriere della Sera et Tutto sport, de 22 de ces romans. Vous pourrez lire un article du Corriere fort bien documenté sur l'oeuvre de Salgàri  ici.

      Cependant, il peut être difficile de s'y retrouver, dans ce foisonnement d'aventures. Par où commencer? Qui est qui? Et, une fois que l'on est mordu: est-ce que je continue cette série-là, ou j'en essaie une autre, avec un autre héros? Ou encore: ces îles, ces personnages, ont-ils vraiment existé? Et c'est là qu'entre en jeu LA carte des MilleunaMappa, cette idée géniale, n'ayons pas peur du mot, des éditions EDT GIRALANGOLO et de l'editor Luisella ARZANI,  avec Pino PACE. Ce n'est pas pour rien que, en 2012, ils ont reçu le Premio Andersen du meilleur projet éditorial.

 

 

 

 

      Regardons-y de plus près. Voici un étui de carton souple, de 13 sur 23 cm, épaisseur 1 cm. Il nous renseigne sur le sujet de la carte, l'auteur et l'illustrateur qui l'ont réalisée, et quelques indications au verso, comme sur une quatrième de couverture.

Facile à emporter, facile à ranger. Mais surtout, facile à ouvrir pour en extraire LA fameuse carte de 66 x 98 cm, "infroissable, imperméable, indestructible". Prête à être emportée partout. Pour un lecteur adulte, pas facile de trouver une table bien grande et vide pour l'y déplier à l'aise. Mais pour un jeune lecteur, garçon ou fille, quelle joie de l'étaler dans sa chambre et de se coucher dessus pour commencer à l'explorer. On peut aussi imaginer la suspendre au mur, de sa chambre, de sa classe, de la bibliothèque. D'abord une face, puis, quand  on en a fait le tour, l'autre.

 

 

 

 

 

 

 

     Ensuite, ce sera à chacun de déterminer sa tactique. D'abord les images, ou d'abord les articles d'information? D'abord l'Océan Indien ou d'abord la mer des Caraïbes? D'abord les bateaux? D'abord les personnages? Il y en a pour tous les goûts, et, chose précieuse, tous les niveaux de lecture.

    

 

L'illustrateur Marco PASCHETTA a choisi un style d'images alerte, où les personnages sont tous en mouvement. Les îles représentées, dans le style des anciennes cartes marines, une végétation stylisée et quelques animaux emblématiques: un grand singe, ou le Tigre, qui ne pouvait manquer, pour les aventures de Sandokan dans les îles de Malaisie. Les bateaux, acteurs importants des romans, sont présentés en grand format.

Pour les notices d'information qui entourent les cartes des deux océans, ou occupent le verso du document, l'illustrateur a choisi de "reproduire" des pages de livres anciens, et des "portraits" des protagonistes, qu'il réunit aussi, comme sur une scène de théâtre à la fin de la représentation, pour se faire applaudir par le public. On apprécie l'humour qui règne dans ces images. Un exemple: cette représentation de l'auteur, Emilio Salgàri, en "capitaine"-batelier debout sur une toute petite barque voguant sur une mer...d'encre. Il godille à l'aide d'un...porte-plume géant. Son regard est perdu au loin, au-dessus de son immancable moustache à la Humbert Premier. Il navigue entre deux rives exotiques, Mais, quand on les scrute un peu, on reconnaît,sur la rive gauche, les Arènes de Vérone perdues dans une jungle où affleure une mystérieuse statue, et, sur la rive droite, envahie de lianes, la Mole Antonelliana, équivalent, pour Turin,  de la Tour Eiffel. Voyez plutôt:

 

 

     Humour et synthèse, connaissance sérieuse de l'oeuvre  et capacité d'en expliciter les traits essentiels, tout en restant accessible aux lecteurs - disons à partir de 10/11 ans . Ce sont des qualités semblables qu'il faut aux rédacteurs des MilleunaMappa. Et Anselmo ROVEDA, pour ce Salgari, ne déçoit pas.

Il résume, sur de "vieux manuscrits" comme on en fabrique dans les jeux d'enfants, les

péripéties des premiers romans des deux cycles principaux: celui de SANDOKAN, le pirate malais, d'un côté, et du CORSAIRE NOIR des Antilles de l'autre. Tâche délicate vu la prolifération des aventures, mais fidélement menée à bien. Et il souligne aussi que la FIN de chacun des premiers romans n'est que la première étape de bien d'autres histoires. Il légende également les deux cartes, en expliquant les lieux principaux, et leur réalité géographique ou imaginaire, dans l'ensemble de l'oeuvre du capitaine-écrivain.

     Sur l'autre face de la carte, les portraits des protagonistes sont légendés, pour les    

principaux, de citations pertinentes, et alléchantes. Et le "copié-collé" de pages présente l'auteur, les deux cycles, avec titres et dates de publication, approfondit les différences entre les termes "pirates", "corsaires", "flibustiers" et "boucaniers" - le lecteur devient plus savant que le capitaine Haddock lui-même...

La vie de Salgàri évoquée en même pas trente lignes, c'était presque une gageure: Roveda l'a fait. Il sait suggérer le style de vie de l'auteur, la montée du succès, l'existence de sa famille. Et ne cache pas les épreuves, les malversations de certains éditeurs et les insatisfactions qui le conduiront, "comme un personnage tragique de ses livre, (à mettre) fin à sa vie". Une vulgarisation sérieuse et accessible. Précieuse.

 

           Des MILLEUNA MAPPA, il y en a bien d'autres. Pour différents âges. Pour différents centres d'intérêt. Rédigées par divers auteurs. Illustrées par divers crayons. Jetez un oeil sur ce panorama, vous y trouverez sans doute votre bonheur ou celui de vos petites lectrices et petits lecteurs. Et vous pourrez toujours chercher plus d'informations sur le site de EDT GIRALANGOLO

 

 

                 

MERCI À LUISELLA ARZANI POUR LES IMAGES D'ILLUSTRATION!

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par lecturesitaliennes

Publié dans #VULGARISATION

Repost0