Publié le 30 Avril 2022

          Dès les premiers jours de la guerre en Ukraine, la poésie de Gianni RODARI LA LUNA DI KIEV est devenue virale. Elle a été partagée des milliers de fois sur les réseaux sociaux, des " grands quotidiens" s'en sont emparés, ont tenté des explications... Le fait est que cette poésie, déjà célèbre mais un peu oubliée entretemps, tirée du recueil des années Cinquante Filastrocche in cielo e in terra - De la terre et du ciel - a été ressentie "comme un talisman, une prière, un symbole", pour reprendre les mots de Paolo Di Paolo dans La Repubblica-Cultura du 12 mars 2022.

Chissà se la luna                                                                                Qui sait si la lune
di Kiev                                                                                                 de Kiev
è bella                                                                                                  est aussi belle
come la luna di Roma,                                                                     que la lune de Rome,
chissà se è la stessa                                                                          qui sait si c'est la même
o soltanto sua sorella…                                                                    ou bien juste sa sœur...

"Ma son sempre quella!                                                                  "Mais je suis toujours la même!
– la luna protesta –                                                                           - proteste la lune-
non sono mica                                                                                   je ne suis quand même pas
un berretto da notte                                                                         un bonnet de nuit
sulla tua testa!                                                                                   sur ta tête!

Viaggiando quassù                                                                            En voyageant là-haut
faccio lume a tutti quanti,                                                                j'éclaire tout le monde
dall’India al Perù,                                                                              de l'Inde jusqu'au Pérou
dal Tevere al Mar Morto,                                                                du Tibre à la Mer Morte
e i miei raggi viaggiano                                                                    et mes rayons voyagent
senza passaporto".                                                                           sans passeport".

            Et Orietta Fatucci, éditrice de Einaudi Ragazzi, a eu l'idée d'en faire un album illustré dont les bénéfices seront entièrement reversés à la Croix Rouge Italienne pour l'Ukraine. Il sera traduit en au moins dix langues - basque, bulgare, croate, castillan, catalan, galicien, géorgien, grec, anglais et roumain - et chaque édition participera à l'action d'une association caritative en Ukraine.

          L’illustratrice, Beatrice Alemagna, enthousiaste, a accepté immédiatement et a réalisé les planches en une semaine. L'imprimeur également, malgré les difficultés actuelles à s'approvisionner en papier, a donné la priorité absolue à ce livre, qui a pu être lancé le 12 avril. Et s'est très vite retrouvé dans les dix livres les plus vendus, toutes librairies confondues...

 

LA LUNA DI KIEV, toutes les références (et trois illustrations) ICI

Pour approfondir l'histoire de cette poésie (en italien...)

L'édition française de Filastrocche in cielo e in terra, dans le catalogue de l'éditeur Rue du Monde, à la page 36: Collection  Graines de mots: De la terre et du ciel.

 

...ET PUIS...

 

IL CUSTODE DEL BOSCO - LE GARDIEN DU BOIS - : un livre bilingue venu de Kharkiv.

Une autre histoire relie une maison d’édition italienne, Il Castoro, à une maison d’édition ukrainienne, Ranok, située à Kharkiv. Ecoutons Andreina Speciale, responsable du bureau des droits chez Il Castoro : « Ce sont des collègues ; nous nous entendions d’habitude chaque semaine ; ils ont traduit plusieurs titres de notre catalogue. Pendant les premières semaines, nous avions perdu le contact, maintenant nous arrivons à les avoir au téléphone. Les bureaux sont vides, naturellement, mais chacun d’eux essaie de travailler comme il peut, depuis les refuges, quand il y a de l’électricité et du réseau pour transmettre des dossiers. » Même des dossiers très lourds, comme ceux d’un livre à imprimer.  L’un de ces dossiers est parti pour l’Italie. Car, pour soutenir Ranok, Il Castoro a décidé de traduire un album illustré, Il custode del bosco – Le gardien du bois de Oleksij Cherepanov. Il est sorti en librairie ce 28 avril, en édition bilingue italien-ukrainien, pour favoriser la rencontre entre les enfants italiens et les enfants ukrainiens, et la connaissance de leurs langues et de leurs alphabets respectifs.

Il sera distribué, en Italie, dans toutes les librairies et les boutiques en ligne, au prix de 10€. Somme qui sera entièrement reversée à Refugees Welcome Italia.

Le livre : « un enfant décide de s’aventurer dans le bois pour peindre, et tout en marchant, il apprécie la beauté de la nature et expérimente les merveilles de l’imagination. Il voit le gardien du bois dans un oiseau, des elfes joyeux qui vivent dans l’herbe, des esprits majestueux dans les nuages, et son imagination lui fait même rencontrer une licorne. L’enfant dessine ses aventures et, après s’être rempli les yeux et le cœur, il rentre chez lui heureux et inspiré. Une histoire qui nous apprend à regarder, à découvrir la beauté de la terre et de la nature, dont nous faisons tous partie. »

L’auteur et illustrateur : « Oleksij Cherepanov est originaire de la ville de Kharkiv. Il a fait ses études à l’Institut d’Art de Kharkiv, département d’art graphique. Après son diplôme, il a commencé à travailler dans l’illustration des livres. Il s’occupe essentiellement d’illustrer des encyclopédies sur les animaux et des livres pour les enfants. Il utilise des aquarelles et des crayons. Il a travaillé avec plus de vingt éditeurs du monde entier. »

Refugees Welcome Italia :  c’est une association née en 2015 pour promouvoir l’insertion des personnes réfugiées à travers l’accueil dans des familles, l’accompagnement et le soutien (« mentoring »).       www.refugees-welcome.it

 

IL CUSTODE DEL BOSCO

De Oleksij CHEREPANOV

Traduction de Lorenzo Pompeo.    32 pages        10€       Âge : à partir de 4 ans

Éditions IL CASTORO

    

                                                                                                                                                   

       

 

   

        Tout en voyant ces livres, je ne peux  m'empêcher de me souvenir d'une des premières images de la guerre en Ukraine à la télévision: une femme encore jeune, blessée au visage par des éclats de verre, le vent faisait voleter ses pansements mal collés: elle errait dans la rue  et disait:" Jamais je n'aurais cru vivre ça... Avec les enfants, nous écrivions des poèmes sur la guerre... Et maintenant...".

C'était à Kiev?  Il y a deux mois?

                        

Voir les commentaires

Rédigé par Lecturesitaliennes

Publié dans #Temps présent

Repost0

Publié le 6 Avril 2022

          Trouver un livre qui puisse, l'espace d'un moment, apaiser l'angoisse née des nouvelles de la guerre, celle en Ukraine, la plus proche, et celles qui sévissent à bas bruit dans le reste du monde... Qui nous emmène ailleurs, pour reprendre notre souffle et retrouver la force de regarder en face l'actualité.

          Les pages de PROMENADE  - titre en français dans (presque) toutes les versions, dont l'originale, la version coréenne - ont cette vertu. Vous l'avez peut-être déjà rencontré, dans sa version française. Une succession de tableaux dont le protagoniste est le livre. Et quelques mots en pied de page. C'est suffisant. Quel que soit l'âge de la lectrice, du lecteur, enfant ou adulte, la magie opère.

          Car JUNGHO LEE est un magicien, un peintre dont la peinture peut être reproduite dans un livre. Pour parler du livre...  Ce n'est pas sans raison que, en 2016, cet album et son auteur ont été récompensés du prestigieux prix du WORLD ILLUSTRATION AWARDS.

Les quelques mots du poète et écrivain BERNARD  FRIOT (nous le connaissons déjà..) dans la version française comme dans la version italienne, ne sont pas superflus, ils sont la voix du livre, ou suggèrent des interprétations imprévues.

 

Tu as trouvé l'entrée. Bon.

 

"De quoi nous parlent les livres ? Que nous murmurent-ils? Où nous emmènent-ils?  Il y a un grand livre au sommet d'une colline, la couverture est un ciel étoilé... Le livre, entr'ouvert, révèle une lumière diffuse. Une fillette ouvre un passage entre les pages: c'est l'accès à un monde magique, riche de détails inattendus, où les livres ne sont pas des livres: ce sont des ailes, des phares, des miroirs d'eau, des maisons, des parts de gâteau à savourer... C'est le début d'un voyage à travers des images fabuleuses, métaphores visuelles de la magie qui se crée quand l'énergie d'un livre s'empare de nous."

 

Noir, brouillard, tempête. N'aie pas peur. Je suis là avec toi. Tu me vois?

 "Entre images oniriques et images métaphoriques, ce livre dilate l’imagination à l'infini. On peut choisir de le lire en séquences, tout comme un voyage initiatique qui avance par étapes. Mais on peut aussi ouvrir une page au hasard, et accueillir ce qu'elle nous inspire. Les enfants seront transportés par les images et en chercheront les sens cachés, se demandant quel monde merveilleux peut bien les attendre à la page suivante".

 

Il était une fois. Dis-le. Plusieurs fois. Tu verras...

           Vous avez remarqué que les lignes qui précèdent emploient plus d'une fois le mot "voyage" dans leur description de l'album. Mais il ne faut pas oublier que l'auteur - résistons au tic de l'appeler Le Magritte coréen..., même si c'est pertinent - a choisi le terme de PROMENADE, qui a été conservé aussi bien dans la version italienne qu'anglaise ou allemande (seuls les Espagnols ont traduit, Paseo). C'est un terme paisible, à l'image du petit pêcheur d'étoiles ici reproduit.

          Et à l'image des autres, visibles sur les 48 pages de l'album - lui-même en grand format, 23,5 x 34 cm - Vous trouverez presque toutes les reproductions de ces images sur le site officiel de JUNGHO LEE (ce sont les quatre premières séries d'images). Ou encore, vous verrez le livre feuilleté sur cette vidéo de présentation de l'éditeur italien Lapis, l'éditeur au crayon blanc (Comme d'habitude, sauter la pub au début de la vidéo...)

          Mais, vous le savez, rien ne vaut la présence réconfortante d'un album d'encre et de papier, et sa solide couverture de carton.

  

                                                                      Version italienne:

PROMENADE de Jungho LEE et Bernard FRIOT (adaptation du texte).

ÉDITIONS LAPIS, 12 novembre 2020

Hors collection - 48 pages (sans pagination) - Cartonné

23,5 x 34 cm - 15,10€         Tous âges

ISBN   9788878747845

 

 

 

 

 

Version française :

PROMENADE de Jungho LEE et Bernard FRIOT (adaptation du texte).

Éditions MILAN, 2017

Collection: Encore + d'histoires, Tome 01.

ISBN: 978-2-7459-9172-0              16,50€

 

 

 

 

 

 

 

Quelques compléments:

  • Les passages entre guillemets sont empruntés au site de LAPIS (merci, Agnese, pour les images également), ainsi qu'au catalogue de la bi.GE.met ( équivalent de la "bibliothèque Départementale" du territoire de Gênes - merci Donatella).
  • À propos de l'édition coréenne: le titre est en français, puis, évidemment, traduit en coréen. Or la traduction coréenne a deux sens: "promenade" (sanchek, quand les deux "syllabes" sont réunies); et, ce qui est le cas ici, "le livre acheté" quand les deux "syllabes" sont séparées (san chek)... Merci à l'amie Sun Nyéo K.,  qui enseigne à Séoul et est spécialiste de littérature de jeunesse, qu'elle traduit du français en coréen.
  • Pour rester, c'est si rare, dans le coréen, un coup d’œil au blog de Jungho Lee, pour le dépaysement... encore une promenade...

Voir les commentaires

Rédigé par Lecturesitaliennes

Publié dans #ILLUSTRATION

Repost0