Articles avec #illustration tag

Publié le 6 Avril 2022

          Trouver un livre qui puisse, l'espace d'un moment, apaiser l'angoisse née des nouvelles de la guerre, celle en Ukraine, la plus proche, et celles qui sévissent à bas bruit dans le reste du monde... Qui nous emmène ailleurs, pour reprendre notre souffle et retrouver la force de regarder en face l'actualité.

          Les pages de PROMENADE  - titre en français dans (presque) toutes les versions, dont l'originale, la version coréenne - ont cette vertu. Vous l'avez peut-être déjà rencontré, dans sa version française. Une succession de tableaux dont le protagoniste est le livre. Et quelques mots en pied de page. C'est suffisant. Quel que soit l'âge de la lectrice, du lecteur, enfant ou adulte, la magie opère.

          Car JUNGHO LEE est un magicien, un peintre dont la peinture peut être reproduite dans un livre. Pour parler du livre...  Ce n'est pas sans raison que, en 2016, cet album et son auteur ont été récompensés du prestigieux prix du WORLD ILLUSTRATION AWARDS.

Les quelques mots du poète et écrivain BERNARD  FRIOT (nous le connaissons déjà..) dans la version française comme dans la version italienne, ne sont pas superflus, ils sont la voix du livre, ou suggèrent des interprétations imprévues.

 

Tu as trouvé l'entrée. Bon.

 

"De quoi nous parlent les livres ? Que nous murmurent-ils? Où nous emmènent-ils?  Il y a un grand livre au sommet d'une colline, la couverture est un ciel étoilé... Le livre, entr'ouvert, révèle une lumière diffuse. Une fillette ouvre un passage entre les pages: c'est l'accès à un monde magique, riche de détails inattendus, où les livres ne sont pas des livres: ce sont des ailes, des phares, des miroirs d'eau, des maisons, des parts de gâteau à savourer... C'est le début d'un voyage à travers des images fabuleuses, métaphores visuelles de la magie qui se crée quand l'énergie d'un livre s'empare de nous."

 

Noir, brouillard, tempête. N'aie pas peur. Je suis là avec toi. Tu me vois?

 "Entre images oniriques et images métaphoriques, ce livre dilate l’imagination à l'infini. On peut choisir de le lire en séquences, tout comme un voyage initiatique qui avance par étapes. Mais on peut aussi ouvrir une page au hasard, et accueillir ce qu'elle nous inspire. Les enfants seront transportés par les images et en chercheront les sens cachés, se demandant quel monde merveilleux peut bien les attendre à la page suivante".

 

Il était une fois. Dis-le. Plusieurs fois. Tu verras...

           Vous avez remarqué que les lignes qui précèdent emploient plus d'une fois le mot "voyage" dans leur description de l'album. Mais il ne faut pas oublier que l'auteur - résistons au tic de l'appeler Le Magritte coréen..., même si c'est pertinent - a choisi le terme de PROMENADE, qui a été conservé aussi bien dans la version italienne qu'anglaise ou allemande (seuls les Espagnols ont traduit, Paseo). C'est un terme paisible, à l'image du petit pêcheur d'étoiles ici reproduit.

          Et à l'image des autres, visibles sur les 48 pages de l'album - lui-même en grand format, 23,5 x 34 cm - Vous trouverez presque toutes les reproductions de ces images sur le site officiel de JUNGHO LEE (ce sont les quatre premières séries d'images). Ou encore, vous verrez le livre feuilleté sur cette vidéo de présentation de l'éditeur italien Lapis, l'éditeur au crayon blanc (Comme d'habitude, sauter la pub au début de la vidéo...)

          Mais, vous le savez, rien ne vaut la présence réconfortante d'un album d'encre et de papier, et sa solide couverture de carton.

  

                                                                      Version italienne:

PROMENADE de Jungho LEE et Bernard FRIOT (adaptation du texte).

ÉDITIONS LAPIS, 12 novembre 2020

Hors collection - 48 pages (sans pagination) - Cartonné

23,5 x 34 cm - 15,10€         Tous âges

ISBN   9788878747845

 

 

 

 

 

Version française :

PROMENADE de Jungho LEE et Bernard FRIOT (adaptation du texte).

Éditions MILAN, 2017

Collection: Encore + d'histoires, Tome 01.

ISBN: 978-2-7459-9172-0              16,50€

 

 

 

 

 

 

 

Quelques compléments:

  • Les passages entre guillemets sont empruntés au site de LAPIS (merci, Agnese, pour les images également), ainsi qu'au catalogue de la bi.GE.met ( équivalent de la "bibliothèque Départementale" du territoire de Gênes - merci Donatella).
  • À propos de l'édition coréenne: le titre est en français, puis, évidemment, traduit en coréen. Or la traduction coréenne a deux sens: "promenade" (sanchek, quand les deux "syllabes" sont réunies); et, ce qui est le cas ici, "le livre acheté" quand les deux "syllabes" sont séparées (san chek)... Merci à l'amie Sun Nyéo K.,  qui enseigne à Séoul et est spécialiste de littérature de jeunesse, qu'elle traduit du français en coréen.
  • Pour rester, c'est si rare, dans le coréen, un coup d’œil au blog de Jungho Lee, pour le dépaysement... encore une promenade...

Voir les commentaires

Rédigé par Lecturesitaliennes

Publié dans #ILLUSTRATION

Repost0

Publié le 22 Décembre 2014

FIUME LENTO: C'est Noël  - 2

Donc, après le tout petit, voici le tout grand livre: un album de 34 cm sur 25, épais de 15 mm, édité par Rizzoli, le même que le grand livre des arbres, souvenez-vous, c'était en janvier dernier.

Ici encore, couverture très robuste, papier superbe, impression des images de grande qualité, un de ces livres qui deviennent les joyaux d'une bibliothèque, et se prêtent admirablement à une lecture à plusieurs.

FIUME LENTO: C'est Noël  - 2

Lecture? Peut-on parler de lecture avec un "silent book" (- quoi, c'est pas de l'italien? Ah bon?). Oui, Fiume Lento est un livre sans paroles, exception faite des mots de présentation du cinéaste … Ermanno Olmi – je vous assure que c'est une coïncidence, mais ce n'est pas étonnant si l'on se rappelle son film "L'arbre aux sabots" – et d'une note de l'auteur, Alessandro Sanna, qui explique la naissance de ce livre.

Pour le reste, une centaine de pages (elles ne sont pas numérotées), pour nous parler de ce Fiume Lento, ce fleuve lent, explicité par le sous-titre: un viaggio lungo il Po' (Voyage tout au long du Pô). Alessandro Sanna nous emmène donc, presque sans un mot, au fil des quatre saisons, dans une lente promenade tout le long DU fleuve par excellence, celui qui structure la plaine qui porte son nom, la Bassa Padana, comme on l'appelle à partir de Pavie, jusqu'à Comacchio et le delta sur l'Adriatique.

Et quel meilleur outil, pour peindre cette terre d'eau et de ciel – "… un tiers de terre et deux tiers de ciel, et quand le fleuve monte la proportion s'inverse", écrit-il – quel meilleur outil que l'aquarelle, précisément? Sanna nous offre donc, pour introduire chaque saison, une aquarelle en pleine page, comme l'automne ci-dessus. Le ciel envahit tout l'espace, à vous couper le souffle, et pourtant vous découvrez, tout en bas sur la digue, juste esquissée en noir, mais si présente, les silhouettes d'un cycliste – le vélo, moyen de déplacement traditionnel sur les digues du Pô -, avec son chapeau, et de son chien qui le devance en courant. Présences infimes dans cette nature grandiose, et pourtant fondamentales. Nous allons suivre leur progression, dans des " bandes aquarellées", quatre par page, parfois trois. Toute reproduction – les miennes viennent d'internet – est plate par rapport à l'extraordinaire richesse des images, mais une richesse qu'il faut rechercher sous les grandes "taches" d'aquarelle.

FIUME LENTO: C'est Noël  - 2

Laissons parler Alessandro : " Des instants et des variations de lumière que j'ai essayé de peindre sans crayon et sans savoir si j'arriverais à trouver la juste nuance, le glacis exact qui revêt le ciel, les arbres, les maisons dans le brouillard. J'ai ajouté de l'eau sur ma feuille et de la lumière dans mes yeux, en acceptant les imprévus des taches et de ma mémoire".

Le cycliste progresse sous la pluie, le ciel change constamment de nuances. A travers les arbres décharnés, voici parfois un lièvre, ou un héron, parfois une maison. Puis une longue file de personnes, à peine esquissées et pourtant si "parlantes": il se passe quelque chose, le titre de l'épisode, L'inondation, nous met sur la voie, nous nous mettons à scruter nous aussi l'horizon. Notre cycliste progressera cependant malgré tout jusqu'à une maison isolée où l'attend une "morosa", une femme aimante/aimée. Retrouvailles discrètement suggérées à travers une fenêtre éclairée dans la nuit. Mais ce n'est pas la fin de l'histoire, et le fleuve qui monte, et les riverains qui s'organisent vont reprendre leur cours. Evocation poétique et terrifiante d'un épisode réel: la grande inondation catastrophique du Polesine, en 1951, et d'autres alertes qui n'ont pas manqué.

FIUME LENTO: C'est Noël  - 2

Je ne vais pas vous raconter ainsi tout le livre, mais chaque saison déroule une histoire, à travers le cheminement le long du fleuve, à travers sa nature si particulière. Chaque saison va avoir sa couleur.

L'hiver – et un petit écolier que son père viendra chercher pour l'occasion dans son école lointaine - verra la naissance d'un petit veau dans la chaleur d'une étable, alors que dehors on a traversé le brouillard, ou le froid glacial qui met de la buée aux naseaux des troupeaux et à la bouche des humains; puis vient la neige, et des ciels d'aurores boréales.

FIUME LENTO: C'est Noël  - 2

Au printemps, la couleur change, évidemment: du bleu, du vert, et la tache d'une petite auto rouge qui a remplacé le vélo sur la digue (une Cinquecento? - dire tchi-ncoué tché-nto). C'est la fête du saint patron, la Sagra, le cortège des camions des forains, puis les couleurs éclatantes des lumières dans la nuit, des manèges, du feu d'artifice sur la place du village. Et puis un couple d'amoureux qui s'éloigne pour retrouver la nuit au bord du fleuve, nuit de pleine lune, un peu païenne. Le mariage sera aussi au bord du fleuve. Le rouge du jazz se mélangera au vert du printemps. Puis … mais il faut le regarder, et se le raconter, en soi-même, et à l'enfant qui nous accompagne ( "six à dix ans", dit l'éditeur, c'est sans doute l'âge le plus réceptif, mais vous avez compris que les adultes sont aussi totalement sous le charme de ce fleuve-sorcier).

FIUME LENTO: C'est Noël  - 2

L'été passera au jaune éclatant, mais aura aussi ses orages, bleus et violets, africains, d'autant plus qu'il y est question d'éléphants et d'un tigre. Je ne vous en dis pas plus, mais cet épisode est – aussi – un bel hommage au peintre "naïf" Antonio Ligabue , qui a son musée sur la rive sur du fleuve, à Gualtieri.

Fiume lento est un de ces livres inépuisables, qui révèlent de nouvelles surprises à chaque reprise. Dès sa parution, en 2013, il a été salué de façon unanime. Et on ne s'étonne pas qu'il ait reçu, en mai 2014, le prix Andersen du meilleur album illustré, plus le Super Prix du Jury. Lequel a déclaré qu'Alessandro Sanna, dans ce livre, nous avait " offert, entre évocation et représentation, entre histoire et nature, un portrait resplendissant, attachant, du fleuve et de ses histoires." Il a réalisé "une œuvre émue et émouvante; solennelle et vitale, d'une très haute valeur expressive," avec des "dessins d'une beauté absolue et bouleversante, vibrants, magiques."

On ne saurait mieux dire.

FIUME LENTO: C'est Noël  - 2

Que cette magie du dessin vous accompagne en cette période de fêtes, et que ce livre prenne place auprès de vous, comme il l'a prise auprès de moi. Grâce, il faut le dire, à l'efficacité des trois chouettes libraires de la librairie de jeunesse florentine"Cuccumeo" (nom sarde de la chouette, pardonnez-moi ce jeu de mots facile).

C'est sous leur houlette que je vous présente tous mes vœux pour un Beau Noël, puis une Nouvelle Année 2015 riche en livres de toute sorte , de toute taille et de toute couleur.

FIUME LENTO, Alessandro SANNA, Rizzoli editore, 2013,

120 pages, 28 €.

Voir les commentaires

Rédigé par lecturesitaliennes

Publié dans #ILLUSTRATION

Repost0

Publié le 10 Décembre 2011

 

POUR LES "GRANDS"

 

 

Auguri di buon

 AUGURI DI BUON NATALE, arte e tradizione delle cartoline augurali.

de Walter FOCHESATO – Interlinea Edizioni, 2010.  Avec images en couleur. Format 12x16 cm. 160 pages  - 12 €


Nous sortons là du strict domaine de la littérature de jeunesse, mais restons dans le monde de l'illustration. L'auteur, critique reconnu de littérature de jeunesse et spécialiste de l'illustration italienne, nous présente sa collection de cartes de vœux illustrées du début du XX siècle. Il faut saluer la grande qualité des reproductions, malgré le format du volume. Fochesato nous fait d'abord une brève histoire du développement de la carte postale illustrée, de ses liens avec la géographie, les évènements et les mœurs, en se focalisant sur les cartes de vœux de fin d'année et ses dessinateurs les plus en vogue.


 Il présente ensuite sa collection en quatorze chapitres thématiques - O albero eternamente verde (…) È nato un bambino (…) Una grande abbuffata (…) Gnomi, folletti e spazzacamini (…) Comprando sotto la neve. Amanti e amori -  Et en prime, pour chaque chapitre, il nous offre, sur le même thème, la reproduction d'une affiche  de l'époque,  d'un calendrier ou d'une partition illustrée de chanson populaire.


  Quelques poésies complètent le chapitre, parfois traditionnelles, parfois plus littéraires. Les commentaires de Walter Fochesato, tout en restant légers,  nous guident dans une société ou dans le style d'un auteur  qu'il connaît bien, et nous permettent de dépasser la simple appréciation esthétique.

Ceux qui veulent approfondir l'argument trouvent des notices sur les illustrateurs en fin de livre.

Bref, un petit volume élégant, plein de ressources, que l'on reprend volontiers au Noël suivant, et constitue un joli cadeau. Il prend place dans toute une collection, Nativitas, de textes de toutes sortes sur le thème de Noël, dont un bon nombre d'auteurs connus dans d'autres champs.

 

                                                       buon natale


Là encore, je vous renvoie au site d'Interlinea, dont le catalogue réserve bien des surprises, et pas seulement pour la littérature de jeunesse.

 

Voir les commentaires

Rédigé par lecturesitaliennes

Publié dans #ILLUSTRATION

Repost0

Publié le 23 Octobre 2011

 

 

 

 

Ne manquez pas d'aller voir les deux "pages" dans la colonne de droite 

 

 

libreria

 

 

 

 

 

 

©Antonietta MANCA pour les pâtes à modeler.

Photo de fond : Les câpriers de Giovanna.

©Elisabeth LESQUOY

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par lecturesitaliennes

Publié dans #ILLUSTRATION

Repost0