23 OCTOBRE 2020: il aurait 100 ans.

Publié le 23 Octobre 2020

          100 ans, oui, ce 23 octobre. Si la mort ne l'avait fauché en avril 1980. Qu'aurait-il dit, écrit, sur ses cents ans, le Maestro? Doublement "Maestro": l'instituteur "maestro Gianni", pendant un moment.

Mais surtout le Maestro, celui qui mène l'orchestre, qui donne à découvrir à chacun, qui est reconnu, dans le monde entier maintenant, le Maestro RODARI ! Qui parmi vous ne l'a jamais rencontré, au moins comme  nom? Très peu, sans doute.

          On vous l'a lu, vous l'avez appris par cœur:

                 Un melone / andava a Frosinone./ Incontrò una pera / che andava a Voghera.                            /  Si dissero buongiorno? / No, perché era sera.

Quelque chose comme:

          Un melon / s'en allait à Meudon. / Il rencontra une poire / qui s'en allait à   Issoire. /                       Ils se donnèrent le bonjour ? / Non, parce que c’était le soir .

Une de ces comptines /Filastrocche devenues si célèbres que les sites sur internet les donnent comme "comptines populaires", oubliant complètement le nom de leur auteur.

 

undefined
Portrait de Gianni RODARI en "homme à l'oreille verte", d'après la poésie "Un signore maturo con un orecchio acerbo" / "Un monsieur mûr avec une oreille verte", dans Parole per giocare / Des mots pour jouer - 1979. Hommage de Fabian NEGRIN à RODARI, pour la couverture du n°365 (sept.2019) de la revue ANDERSEN.

     

 

         Vous l'avez dévoré comme lectrice ou lecteur: les mésaventures des deux jumeaux, Marco et Mirko et leurs inséparables marteaux 

(Marco e Mirko contro la banda del talco, entre autres) ; l'incroyable match de foot qui met aux prises deux magiciens, un pour l'équipe du Barbarano, l'autre pour celle de l'Angleprusse :  (I maghi dello stadio, ovvero Il Barbarano contro l'Inghilprussia); et 24 autres nouvelles plus réjouissantes et folles les unes que les autres, toutes "écrites à la machine" : Novelle fatte a macchina. Sorties en un volume en 1973! Nouvelles à la machine, en 2001. Dans toutes les bonnes médiathèques...

 

Ou encore, pour moi le chef-d’œuvre des chefs d’œuvres de "fantasia", d'imagination: l'histoire du Baron Lambert, (voyez/écoutez comme en parle Olivier Barrot dans Un livre Un jour). Publiée en 1978, on la relit aujourd'hui avec le même rire et la même admiration pour les trouvailles de Rodari qui s'est laissé inspirer à la fois  par la poésie de l'île de San Giulio, sur le Lac d'Orta, en face de sa ville natale d'Omegna, et par son plaisir à jouer avec les mots : C'era due volte il Barone Lamberto, ovvero i misteri dell'isola di San Giulio. Vous ne pouvez pas ne pas en trouver une édition, qu'elle soit italienne ou française, il a été édité et réédité moult fois: Il était deux fois le Baron Lambert. Comme le précédent, pour les lectrices et lecteurs de 12 à 102 ans.

             À votre tour vous l'avez fait connaître à vos enfants ou petits-enfants, à vos élèves...

        

           Si vous voulez rafraîchir votre mémoire, je laisse la parole, en français,  à Francesca VINCIGUERRA sur le blog  La Bibliothèque Italienne, elle est à la fois concise et précise . En italien, vous trouverez une riche documentation réunie par les organisateurs des festivités du centième anniversaire, les éditeurs Edizioni EL, Einaudi Ragazzi et Emme Edizioni: 100 GIANNI RODARI

         Vous pourrez y trouver aussi bien une biographie "illustrée";  des textes mis en chansons; un catalogue de six pages de toutes ses œuvres ( qui fait quatre pages pour celui des traductions françaises sur le site de Ricochet).

         Des éditions spéciales pour ce centième anniversaire: avant tout, LE texte irremplaçable où Rodari explicite ses "méthodes" d'écriture et de création d'histoires, traduit lui aussi dans un grand nombre de langues: GRAMMATICA DELLA FANTASìA , introduzione all'arte di inventare storie / GRAMMAIRE DE L'IMAGINATION : à son propos Calvino a parlé de "poésie pour les pédagogues" et de "pédagogie pour les poètes"....

Mais aussi les trois plus célèbres:  Il barone Lamberto; Filastrocche in cielo e in terra  (apparemment pas traduit en français); et Favole al telefono / Histoires au téléphone (à partir de six ans).

             Édition du centenaire aussi pour une des nouvelles "faites à la machine", PIANOFORTE BILL,  savoureuse parodie de western où le cowboy au cheval blanc transporte son piano sur un cheval noir, et, au bivouac, joue Bartók, Beethoven ou Chopin, et les paysans de la vallée (du Mignone, on n'est pas au Far West...) apprécient. Il y a un méchant shérif qui n'aime pas le piano, des épouvantails qui disparaissent, etc etc.. Vous pouvez, ici, feuilleter quelques pages de ce nouvel album.

             Pour terminer ce court hommage aux cent ans de Gianni RODARI, vous pouvez regarder cette création théâtrale réalisée à Gênes pendant le confinement: "C'era due volte il Maestro Rodari". Les comédiens de la compagnie Cielo di Carta / Ciel de Papier se sont laissés guider par leur FANTASÌA. Même si vous ne comprenez pas l'italien, regardez cette Commedia dell'Arte, cet hommage un peu déjanté.

"Tutti gli usi della parola a tutti,

non perchè tutti siano artisti, ma perchè nessuno sia schiavo"

Grammatica della fantasia

"Toutes les utilisations des mots pour tout le monde,

non pas pour que tout le monde devienne artiste,

mais pour que personne ne soit esclave"

 

 

 

 

Rédigé par Lecturesitaliennes

Publié dans #TEMPS PRESENT

Repost0
Commenter cet article