CIAO CIELO et BrunoTOGNOLINI

Publié le 6 Janvier 2017

Aujourd'hui, 6 janvier, c'est l'Epiphanie ( et non pas le dimanche 8, comme disent les vendeurs de galettes des rois), et en Italie, beaucoup le savent, c'est la fête des enfants: La Befana.

Pour l'occasion, et en guise de voeux de Bonne Année 2017, quoi de mieux que cet album exceptionnel, au sens propre du terme, qui nous a été offert en 2016 par les éditions IL CASTORO : CIAO CIELO .

Pourquoi exceptionnel? A l'origine, c'est un album américain, des vers de Dianne WHITE et des images de Beth KROMMES. Il n'est pas dans mes habitudes de vous parler d'albums traduits. Mais ici, vous lisez sur la page de garde :"Traduction poétique de Bruno TOGNOLINI". Et ça change tout.

Bruno Tognolini? Mais oui, Rime di rabbia, en octobre 2011, ou encore les comptines de Mamma Lingua, en décembre de ce même 2011. Bruno Tognolini, le "poeta per bambini e per vecchi" qui a écrit encore tant d'autres textes poétiques dont vous trouverez mention sur son site. Que dit-il de Ciao Cielo? " Ce livre, bien que je n'aie fait que le traduire, figure sur mon site car je le sens tout autant mien que ceux que j'ai créés de toute pièce". Et c'est pour la même raison qu'il se trouve sur cette première Lecture Italienne de 2017.

Feuiiletons-le d'abord, cet album de 23 cm x 30, couverture rigide, beau papier épais qui rend justice aux illustrations de Beth KROMMES

 L'histoire est toute simple, c'est une journée dans une ferme, au bord de la mer, avec son potager, deux chiens jumeaux, un chat, une maman qui s'occupe tant de la lessive que des chevaux, une fillette, un bébé, une jument et son poulain, un élevage de cochons, un papa qui s'occupe tant des chevaux que des enfants, des canards, des canetons ... un quotidien simple et riche de détails.

 

Et voilà qu'arrive un orage, pluie, vent, tonnerre, déluge, boue. Mais ce n'est pas la fin du monde, la pluie s'éloigne petit à petit, on peut jouer dans  la boue et les flaques, puis le soleil revient, pour se coucher, et faire place à une nuit multicolore, féérique et paisible, où reprendre des forces pour le lendemain.

Histoire idéale pour une lecture de la bonne nuit.

Le regard de l'ilustratrice passe des détails aux vues aériennes, chaque double page est un monde à explorer, en suivant son trait si caractéristique.

 

Mais je vais emprunter, qu'il me pardonne, ses mots à Bruno Tognolini pour parler du charme de ce livre, que vous avez déjà saisi en regardant les illustrations ci-dessus. Il s'est confié à son éditeur, à l'occasion d'un atelier organisé en juin sur le thème " Traduire en vers à travers des images" :

"Une expérience de traduction enchanteresse. Non, pas traduction, car je ne suis pas traducteur, et même je me sens un peu embarrassé devant les vrais traducteurs. Mais il s'agissait de mettre en vers italiens un livre d'un charme sans pareil: une offre que je ne pouvais refuser sans offenser Madame la Beauté. C'était BLUE ON BLUE, vers de DIANNE WHITE et illustrations de BETH KROMMES, qui s'est vue attribuer la Caldecott Medal.

Bref, je l'ai fait. Et ce fut une promenade miraculeuse. Comment, me demandais-je, un livre arrive-t-il à dire dans des formes aussi légères et brèves et douces, juste ceci: un jour il a plu, et puis il n'a plus plu; et donner l'impression à celui qui feuillette, sous le charme, qu'on parle du monde entier, de l'ensemble du temps, de l'ensemble des gens? Comment fait-il? Et moi, qu'est-ce que je peux faire, face à cela? Je peux faire comme d'habitude. Je m'assieds et j'écris. Mais je dois écrire avec dévotion, avec respect, tel que c'est, avec ce chant et ce charme. Mais en italien. Ce livre mériterait aussi le récit de la migration d'un royaume à l'autre, de la langue anglaise à la langue italienne – et pour être plus précis: entre les trois, car les images ont souvent eu le rôle de la Terre du Milieu – avec des doutes, des désarrois, des diversions, des alternatives abandonnées, etc. D'après moi, ce livre le mérite. Il mérite que l'on présente au public le parent qui est caché derrière, les belles rimes anglaises d'où il naît".

Si vous êtes des curieux du passage d'une langue à l'autre, Tognolini vous offre les deux textes l'un en face de l'autre, sur son site de Alice.

Voilà, c'est un livre à lire à voix haute, tout en dégustant les images. Les vers - au maximum quatre par double page - disent le temps qui change, le déluge, et puis le calme progressif, jusqu'à la nuit. Tognolini a utilisé plusieurs fois, dans son entretien et dans l'album, le mot "incanto", charme, enchantement. Et c'est bien de cela qu'il s'agit.

Vous pourrez le feuilleter, bien qu'en petit format, sur le site de Il Castoro, ou encore lire (en italien...) une fort belle récension avec de belles grandes illustrations, sur le site de Lettura Candita (là aussi, merci à Bruno qui la signale).

Mais rien ne remplacera l'album en vrai, j'allais dire "en chair et en os". Qui, on peut le signaler, a été parmi les vainqueurs du Premio Gianni Rodari 2016 cet automne.

C'est l'album qui vous apaisera et vous redonnera des forces quand les nouvelles seront trop éprouvantes autour de vous.

 CIAO CIELO de Bruno TOGNOLINI

Vers originaux de DIANNE WHITE

Illustrations de BETH KROMMES 
Traduction  poétique de BRUNO TOGNOLINI

Edizioni IL CASTORO, mars 2016
Relié, couverture rigide, 48 pages illustrées, 13,50 Euro

A partir de 4 à 5 ans.

 

BONNE ANNEE 2017 A VOUS!

Rédigé par lecturesitaliennes

Publié dans #A VOIX HAUTE

Repost 0
Commenter cet article